La frontière est mince entre l’innovation et la folie

Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on google
Partager c'est aimer!

Einstein2

L’invention de l’avion, du téléphone et de l’ordinateur; la découverte de la gravité, de l’électricité et de la relativité – toutes les grandes innovations qui ont changé le monde. Mais, en conformité avec leur grandeur, il y avait aussi une opposition.

George Bernard Shaw a écrit: « Toutes les grandes vérités commencent comme des blasphèmes. » Fait moins connu: cette intolérance est souvent apparue dans les rangs de la communauté scientifique elle-même. Le dicton selon lequel «la science progresse funéraiilles apres funérailles» prouve que les scientifiques sont autant des victimes de la condition humaine que chacun d’entre nous, avec tous les préjugés et les faiblesses que cela entraîne. Comme l’a reconnu Arthur Schopenhauer, une idée ou une vérité importante doit «subir une réception hostile avant qu’elle ne soit acceptée» lorsqu’il a déclaré: «… Tout d’abord, elle est ridiculisée. Deuxièmement, elle est violemment contestée. Troisièmement, elle est acceptée comme une évidence. « 
Pourquoi cela? L’innovation est différente et nécessite peut-être l’action la plus difficile de toutes – en rompant les rangs. Il existe une manière conventionnelle / acceptée de faire des choses et cela est rejeté. Ceci est particulièrement vrai dans le monde traditionnel de l’entreprise où les gens peuvent avoir peur de casser le moule et d’essayer quelque chose de nouveau. Même si c’est particulièrement là que la créativité est si importante! Cet article explique pourquoi il est si important d’être ouvert à de nouvelles idées, car elles pourraient finir par être révolutionnaires. En fait, de nombreuses idées géniales, aujourd’hui acceptées largement, ont été violemment contestées lorsqu’elles ont été exprimées pour la première fois.

Des idées qui ont cassé le moule

Galileo

La carte héliocentrique de Galileo du système solaire

Un quasicristal est une structure ordonnée mais non périodique. Le professeur Dan Shechtman a reçu le Prix Nobel 2011 de chimie pour sa découverte. Mais la réponse initiale a été « ridicule ». Dès le jour où Shechtman a publié ses résultats sur les quasi-cristaux en 1984, il a vécu l’hostilité de ses pairs pour son interprétation non périodique. « Pendant longtemps, c’était moi contre le monde », a-t-il déclaré. «J’étais un sujet de raillements et de conférences sur les bases de la cristallographie. Le leader de l’opposition à ses découvertes a été deux fois le lauréat du prix Nobel Linus Pauling, l’idole de l’American Chemical Society et l’un des scientifiques les plus célèbres au monde. Jusqu’à son dernier jour, il a lutté contre la quasi-périodicité dans les cristaux. Linus Pauling a déclaré: «Il n’y a pas de quasicristaux, seulement des quasi scientifiques ».
La croyance que la terre était au centre de l’univers a été prise comme donnée par la plupart des philosophes et des universitaires jusqu’à l’époque de Galilée. La théorie copernicienne selon laquelle la Terre tourne autour du soleil a presque été unanimement dédaignée. L’Église catholique a même brûlé Giordano Bruno sur le bûcher pour l’avoir appuyée. Elle a ensuite condamné Galileo à l’arrestation à domicile pour le même « crime ». La plus grande opposition, cependant, provient de la communauté scientifique. Ils ont refusé de changer d’avis concernant la théorie aristotélicienne de 2000 ans selon laquelle la Terre était le centre de tout. Aujourd’hui, Galileo s’appelle le père de la science moderne.
Smoking Graph

Graphique de l’étude British Medical Journal

Louis Pasteur pensait que la maladie était propagée par les germes. Il a fait cette découverte après que trois de ses cinq enfants soient morts de maladies infectieuses. Quand il a présenté sa théorie dans les années 1850, il a été confronté à une résistance violente de la communauté médicale. Aujourd’hui, en grande partie en raison de son travail, nous savons que certaines bactéries sont responsables de la maladie, et que la minimisation des germes est une clé pour promouvoir une fonction immunitaire saine.
Le fait que la cigarette soit néfaste pour la santé est connu depuis plus de 65 ans. En 1950, le British Medical Journal a publié des recherches montrant un lien étroit entre le tabagisme et le cancer du poumon. Quatre ans plus tard, en 1954, la British Doctors Study, une étude de quelques 40.000 médecins de plus de 20 ans, a confirmé cette théorie, basée sur les conseils publiés par le gouvernement, selon lesquels les taux de tabagisme et le cancer du poumon étaient liés. En dépit de tout cela, les fabricants de cigarettes ont contesté la preuve, dans le cadre d’une campagne orchestrée pour récupérer les ventes de cigarettes. La campagne n’a pas abouti. Jusqu’en 1960, seulement un tiers de tous les médecins américains estiment que l’affaire contre les cigarettes a été établie. Aujourd’hui, il y a encore 1,22 milliard de fumeurs et, dans le monde en développement, la consommation de tabac augmente de 3,4%.

La mentalité – C’est un jeu d’enfant

Pour ouvrir des esprits d’entreprise inflexibles aux idées nouvelles, il faut changer de perspective. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes en utilisant le même type de pensée qui les a créés. Et changer de perspective est difficile. Elle est souvent bloquée avec le problème lui-même.
Pour changer de perspective et ouvrir le robinet de la créativité, vous devez être dans le bon état d’esprit. Cela peut être difficile pour de nombreuses personnes. Pour les enfants, cela vient plus naturellement – surtout pendant qu’ils jouent. Les psychologues nous disent que, au fur et à mesure que nous vieillissons, nous devenons timides dans la classe et d’autres lieux publics et commençons tranquillement à supprimer nos tendances ludiques, de peur d’être qualifiés de puéril ou de rompre avec les normes sociales. La créativité exige que nous luttions contre cette trajectoire.
Au renommé cabinet-conseil international en design IDEO, jouer est en fait une partie importante de l’innovation, agissant comme une forme d’apprentissage intuitive. Qu’est-ce que jouer pour IDEO? Un état d’esprit. Peu importe de quelle activité il s’agit, c’est la façon dont vous l’approchez qui la rend ludique.
Chez IDEO, ils essaient d’encourager un comportement ouvert. Il ne s’agit pas d’objectifs. Il s’agit de repousser les limites et de découvrir quelque chose de nouveau. Souvent, ils essaient de concevoir autour d’un récit – il s’agit moins d’un objet que d’une expérience, de l’histoire de cet objet. En jouant avec différents scénarios, grâce au prototypage de différentes possibilités, ils arrivent à ce récit.
Le livre IDEO «Les dix visages de l’innovation» recommande même de parler avec les enfants des défis créatifs. En fait, certaines des meilleures idées et percées d’IDEO sont en réalité issues de la demande d’un enfant!

Ne craignez pas l’échec

Pour prendre les risques nécessaires pour innover dans un environnement d’entreprise, les employés doivent également avoir la liberté d’essayer différentes choses et cela entraîne naturellement des erreurs. La peur d’être punis ou réprimandés pour une expérience défaillante est le moyen le plus sûr de détruire une culture de l’innovation. Bien qu’une idée radicale réussie soit plus difficile à concevoir, elle pourrait finir par être un «second souffle» qui vaut mille innovations plus petites et progressives. Bien sûr, si une erreur est commise, elle devrait être réglable et pas suffisamment grave pour endommager gravement l’entreprise.
Edison_in_his_NJ_laboratory_1901

Thomas Edison dans son laboratoire

Tout se résume à la façon dont on voit les erreurs ou les échecs. Il y a une vieille histoire sur un jeune cadre qui a commis une erreur ayant coûté à sa société 10 000 $. Lorsque le chef d’entreprise l’a appelé pour lui dire ce qu’il avait fait de mal, le jeune cadre a dit avec effroi: «Je suppose que cela signifie que je suis licencié» «Pas du tout», a crié le patron, «je viens d’investir 10 000 $ dans votre enseignement! « Quelqu’un qui croit vraiment à l’importance d’apprendre des erreurs est E. Neville Isdell, PDG de Coca-Cola Co. Selon lui, si vous analysez un échec, cela peut vous aider à comprendre comment réussir la prochaine fois.
Mais les erreurs ne valent que si vous prenez le temps de les examiner afin de ne pas les répéter. Déterminez pourquoi une erreur s’est produite et utilisez-la comme une occasion d’enseigner aux personnes impliquées. Les erreurs révèlent souvent des inefficiences dans les processus. Si elle est balayée sous le tapis et oubliée, l’opportunité de passer au niveau suivant pourrait être ratée.
Les erreurs et les échecs conduisent souvent aux innovations les plus surprenantes et les plus réussies. Comme Thomas Edison, inventeur de l’ampoule, a déclaré: «Je n’ai pas échoué. Je viens de trouver 10.000 moyens qui ne fonctionneront pas. « 
Mais, admettons-le – personne n’aime échouer. Alors, comment pouvons-nous innover de la manière la plus efficace possible? Lyle Berkowitz, médecin chef adjoint de l’Innovation chez Northwestern Memorial Hospital à Chicago, est le co-auteur de «Innovation with Information Technologies in Healthcare». Il exhorte les gens à aller de l’avant et à explorer ces idées folles, mais offre des conseils sur la manière de procéder efficacement:
« Très souvent avec l’innovation, il y a beaucoup de choses à regarder. Vous ne savez pas tout de suite laquelle rencontrera un franc succès. Donc échouez tôt, échouez souvent, échouez à bas prix, échouez rapidement. Le mot «échec» est tellement effrayant, en particulier dans les soins de santé, et pourtant, vous devez être cette personne qui dit: «Tout va bien, aussi longtemps que vous apprenez et avancez. Ne me dites pas ce que vous ne pouvez pas faire. Il s’agit de ne pas s’arrêter simplement parce que quelque chose ne fonctionne pas et de déterminer ce que les autres disent que vous ne pouvez pas faire.
En jouant avec des idées radicales, la plupart seront dans bien des cas peu probables à fonctionner. Mais cela ne signifie pas qu’elles doivent être complètement rejetées. Certaines pourraient donner lieu à une excellente idée qui est un peu moins extrême ou un peu différente. Par exemple, quelqu’un suggère d’envoyer des dîners de filet mignon gratuits aux 100 meilleurs clients chaque mois. Le consensus est que c’est trop cher, mais que diriez-vous d’apporter des pizzas gratuites à une douzaine de clients une fois par mois? C’est abordable et efficace, alors vous allez dans cette direction.
Parfois, la collaboration est nécessaire pour permettre à une idée d’atteindre son véritable potentiel. Souvent, les solutions proviennent de personnes d’un domaine d’expertise différent qui pensent ou formulent le problème d’une manière totalement différente. Recombiner des idées de l’extérieur du domaine, où ces idées peuvent sembler initialement étrangères ou folles est un excellent moyen d’apporter une nouvelle lumière à un problème.
La grande innovation est souvent aux bordures des idées ridicules. Pour créer une culture d’entreprise qui permet l’innovation, vous avez besoin d’un environnement qui n’est pas subjective concernant ces idées. Parfois, ce sont celles-ci qui sont susceptibles d’être les plus brillantes.
Des études montrent qu’une fois que l’appréhension de l’évaluation résulte de la critique ou du filtrage, la créativité et la génération de nouvelles idées diminuent. C’est pourquoi certains disent qu’il vaut mieux faire un brainstorming par voie électronique plutôt que par groupes et en personne. Les gens doivent être autorisés à aller a l’encontre de ces idées folles sans crainte d’être jugé ou critiqué.
Cependant, le scepticisme lui-même ne doit pas être considéré comme l’ennemi. Il est essentiel de séparer clairement la phase de génération d’idées de la phase de filtrage ou de sélection d’idées. Une fois la phase de création terminée, nous avons besoin de sceptiques pour abattre la grande majorité des idées qui ne tiennent pas debout, afin que nous passions plus de temps sur les meilleures d’entre elles.

Qmarkets – Stimuler l’innovation

Isaac Newton

Isaac Newton

Pour stimuler l’innovation, il est important d’avoir une culture ouverte à des idées nouvelles et folles, et de soutenir cette culture avec une plateforme permettant de soumettre, partager, évaluer et stocker ces idées. La plateforme d’innovation Qmarkets est idéale pour tous.
L’un des principaux avantages du système est sa capacité à stocker toutes les idées soumises, les classer et les récupérer ultérieurement si désiré. Rien n’est jamais supprimé, donc même si une idée est rejetée, elle peut être récupérée et retravaillée plus tard si une nouvelle vision la rend réalisable. Aucune grande idée n’est jamais perdue.
Un autre avantage majeur du système Qmarkets est sa capacité à partager des idées avec des personnes situées dans des endroits géographiques très différents. Sauf si vous êtes Isaac Newton assis sous un arbre, l’innovation arrive rarement dans l’isolement. Le meilleur environnement pour que l’innovation prospère est une collaboration où les idées rebondissent et peuvent inspirer d’autres personnes. Cette fonctionnalité est également essentielle pour les innovateurs.
En outre, Qmarkets permet aux utilisateurs de partager des idées à distance, ce qui contribue à réduire les inhibitions.
Les trois de ces avantages peuvent être trouvés dans un exemple de la BBC, qui a utilisé la plateforme de Qmarkets pour générer des idées pour une nouvelle programmation. Une proposition pour une nouveau sitcom a d’abord été rejetée. Un autre employé d’une autre partie du pays, cependant, l’a lu, vu son potentiel et ajouté quelque chose qui l’a rendue réalisable. Cette collaboration a permis la mise en oeuvre réussie de cette idée.
Qmarkets aide votre entreprise à créer une culture de l’innovation – afin de s’assurer que les idées radicales soient considérées et d’éviter de perdre des idées «folles» qui pourraient s’avérer brillantes.
 Contactez Qmarkets pour consulter nos experts et découvrir comment votre entreprise peut innover et transformer les idées en résultats!

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible lorsque vous consultz notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour contrôler vos préférences, consultez notre politique de confidentialité.

Obtenez votre copie gratuite du rapport de gestion d'idées et d'innovation du G2 pour Printemps 2020!

Vous avez du mal à décider quelle solution de gestion d’idées accompagnera le mieux l’innovation dans votre entreprise? Consultez cette analyse comparative du paysage des fournisseurs et trouvez le bon partenaire pour votre initiative.

Téléchargez Maintenant
Obtenez le
rapport